Booba – Futur [Critique Album]

| 28 novembre 2012 | 3 Comments

Ça fait plusieurs mois que Booba avait annoncé la sortie de son dernier opus au titre prometteur Futur. Il est disponible depuis le 26 septembre dernier. Qu’en est-il? A-t-il réussi a créer la surprise dans ce rap français en état de stase? La critique sur timrubber…

Booba – Wesh Morray

Wesh Morray est le premier extrait de Futur, sorti le 6 septembre 2012.

On découvre un Booba du futur en deça du niveau auquel il nous avait habitué. Sa voix est étouffée, on dirait qu’il peine à rapper comme s’il avait trop bouffé, ou est-ce la gonflette qui lui écrase la cage thoracique?

Ses lyrics aussi manquent cruellement d’oxygène. On oublie les métagores (néologisme pour associer la métaphore au gore, pour une impacte encore plus crue) qui ont fait le succès de ses premières heures, pour se contenter de simples juxtapositions d’invectives, l’esprit et l’humour en moins.

« Tu prends tes cliques, tu niques ta mère.
Tu fermes ta gueule, tu dis d’la merde. » Booba – Wesh Morray

Pour info, « morray » est une expression propre aux gitans pour dire « cousin », « potos »… Mais là où son collègue Seth Gueko excelle dans l’exercice de style du parlé manouche, Booba n’en fait rien. A noter qu’il s’essaiera au genre dans Kalash (on est presque géné pour lui tellement il fout mal à l’aise).

Pour avoir bien fait tourner l’album, Wesh Morray est pourtant un des meilleurs titres de l’album avec G5.

Booba – Caramel [1er clip extrait de Futur]

 

Malgré le million de vues totalisées le premier jour après sa sortie le 21 septembre 2012 sur Youtube, Caramel est un titre bien mou. Booba a beau s’afficher dans un clip avec des biatchs aux gros culs, des grosses caisses et les coûteuses Nike Air Mag, l’impression générale du titre reste plus que mitigée malgré la réalisation soignée de Chris Macardi.

Booba a définitivement troqué sa plume métaphorique pour la comparaison :

« Vous êtes comme Kenny d’ South Park, chaque épisode vous mourrez » Booba – Caramel.

 

Booba – Tombé pour Elle [2eme clip extrait de Futur]

Toujours sous l’œil avisé de Chris Macardi (réalisateur qui ne quitte plus le rappeur), Booba propose encore un titre qui devrait finir en sonnerie sur les portables des zoulettes du quartier.

publiée le 23 novembre 2012 sur Youtube

 

Le décor et les travellings démesurés en hélicoptère façon Tony Scott n’arrivent pourtant pas à récupérer la médiocrité des lyrics de la zic. Cette fois on oublie le bling bling de Caramel pour se concentrer sur la misère des favelas brésiliennes. En fait Booba est un gangster au grand cœur, une sorte de mélange entre Pascal Obispo et Pablo Escobar quoi.

Cependant son romantisme n’égale pas son honnêteté, il suffit d’écouter le reste de l’album pour s’en rendre compte :

« J’veux une meuf matérialiste, comme ça j’suis sûr de la baiser di-rect » Booba, extrait de C’est la vie.

« Je ne suis plus dans la merde, sauf quand j’encule un tapin« , Booba, extrait de 2Pac.

Booba – Cru 2012

Futur est typiquement le genre d’album qu’on est content déjà de ne pas avoir acheté et qu’on regrette d’avoir téléchargé illégalement.

Avec une utilisation excessive du Vocodeur (wesh morray, ça se fait encore…) pour mieux cacher les rimes appauvries, Futur est un album bien décevant du Duc du rap français. Même les featurings de rappeurs américains célèbres – Rick Ross (sur 1.8.7), 2Chainz (sur C’est la vie) – n’arrivent pas à remonter le niveau.

Booba est devenu la chimère hystérique à 2 têtes (voire sans tête) du système qui dénonçait jadis. Il donne exactement à son public ce qu’il a envie d’entendre (à la manière des sondages politiciens) : de la violence, du sexe, du fric et entretient toujours le mythe du gentil gangster qui a été obligé de faire le mal pour s’en sortir (mais pour arriver où?). Il n’y a aucun doute à ce que Futur devienne l’album le plus populaire de Booba.

Une question qu’il est alors légitime de se poser, surtout quand on a suivi son ascension depuis ses débuts: Qu’est-il arrivé à la qualité de ses lyrics?

Parce que sémantiquement parlant, on reste dans l’égotrip propre au rap game : ma bite est la plus grosse, j’suis le meilleur, j’baise les plus grosses salopes… Cependant Futur présente un Booba nouveau, qui n’arrive plus à discerner l’arrogance lié au style et le syndrome de Tourette.

Pistes de réflexion:

  • C’est la mort de son pote Bram’s qui l’a « blazé de la life« ?
  • C’est Bram’s qui lui écrivait ses textes?
  • C’est le confort apporté par ses millions qui l’empêche d’exciter ses neurones?
  • C’est à force de « niquer des mères » qu’il s’est vidé de sa substance créatrice?
  • C’est son personnage de gangster qui commence à ne plus coïncider avec son véritable statut d’homme d’affaires?

Je ne sais pas si 2012 annonce la fin du monde, en tout cas ça sera l’année où Booba aura arrêté d’y croire, l’« album de trop » dont il parlait dans Game Over (album 09).

Si seulement Booba pouvait faire un tour dans la DeLorean, lui qui s’affiche avec les pompes de Marthy McFly dans Caramel, pour faire un retour vers le futur du début des années 2000, non pas pour nous mais pour lui, peut-être qu’il se rendrait compte de ce qu’il a perdu en route : le talent.

Fil De Discussion (3)

  1. Micho Gold dit :

    Excellent critique.. j’adore la reflexion sur le personnage..
    Tu as faire vite le tour des chanson ( un peu trop vite) mais le fond est bien analysé surtout on sent la nostalgie d’un ex-fan de l’ex-moitier de Lunatic.

  2. sebastien dit :

    c’est dar booba futur je l’ai ecouter plusieurs fois . et toi

  3. BLABLABLA dit :

    Tout à fait d’accord avec la redac’

    même 0.9 en comparaison est TRES loin devant…

    Je comprend pas comme cette diarhée auditive a elle pu obtenir un disque d’or en 1 semaine…En dehors du bon G5 et des moyen Pirates,kalash et OG…C’est bas,tres bas…

Envie De Réagir ?